Since 1989

« Il faut se laisser dépasser par les évènements, ce qui permet de les voir de dos »
(Les euphorismes de Grégoire).
Métaphore qui nous invite à prendre une certaine distance sur les évènements extérieurs, à lâcher-prise sur tout ce qui n’est pas sous notre contrôle direct ou pouvoir d’influence pour mieux s’ouvrir au champ des possibles que nous offre l’instant présent.
Pour comprendre ce qu’est l’intelligence émotionnelle du lâcher-prise, voyons ensemble ce qui nous ligote en quelque sorte.

En milieu professionnel, nous sommes habitués à fixer des objectifs et à les décliner en tableau de bord, directives, orientations. Toute l’organisation peut ainsi se définir par les verbes: contrôler, organiser, planifier, prévoir, calculer, etc… Il s’agit de réduire, dans le mesure du possible, au maximum les risques d’inattendus et d’imprévus.

Mais la crise sanitaire que nous venons de traverser et maintenant les conflits en Europe bousculent nos fonctionnements habituels de travail: distanciation sociale, télétravail, gestion des pénuries, intégration exponentielle de l’intelligence artificielle (IA), explosion du prix des énergies, inflation, etc… L’horizon semble devenir de plus en plus sombre. Nous voilà ballotés sous des vents émotionnels alimentés quotidiennement par les médias. Dès le lever, si nous n’y prenons garde, les mauvaises nouvelles diffusées sur les ondes, nous assaillent et nous infiltrent le venin de l’inquiétude.

Nos certitudes « d’avant » se teintent d’hésitations et de doutes. Nous voilà tendus et peut-être même anxieux(se) à cette idée floutée de notre avenir et/ou de celui de nos enfants. Pourtant parfois, pour ne pas s’enliser dans des émotions plombantes

« il faut se laisser dépasser par les évènements, ce qui permet de les voir de dos » (Les euphorismes de Grégoire).

Métaphore qui nous invite à prendre une certaine distance sur les évènements extérieurs pour mieux se centrer sur tout ce qui demeure sous notre contrôle (mon attitude mentale, mes actions, mon comportement) ou notre pouvoir d’influence (ma qualité de communication) et lâcher-prise sur tout le reste.

L’intelligence émotionnelle du lâcher-prise est une attitude intérieure d’acceptation des autres, des évènements, de l’inconnu, de l’imprévu tel qu’il se présente (et non pas tel que je souhaite qu’il se présente). C’est cesser de vouloir agir sur tout.

Se placer dans une attitude mentale de lâcher-prise, c’est mettre en mode silencieux son esprit critique , ses inquiétudes pour mieux s’ouvrir au champ des possibles que nous offre l’instant présent. 

Cette seule allégation gratouille déjà nos croyances et certitudes… 

Mais pour comprendre ce qu’est le lâcher-prise, voyons ensemble ce qui nous ligote en quelque sorte:

  • Nos habitudes

L’Etre humain est foncièrement un Etre d’habitudes. Nous aimons les routines car celles-ci s’enracinent dans les zones profondes de notre cerveau et nous permet d’agir de façon immédiate, surtout lorsqu’il y a un danger. 

Nos routines soulagent notre cerveau en créant des connexions mentales étroites entre le stimulus-déclencheur et l’action qui en découle. Plus nous agissons par habitude et moins nous consommons d’énergie cérébrale. 

Notre cerveau se met en mode « économie d’énergie » grâce à la Potentialisation à Long Terme ou « PLT ».

Les neurosciences définissent la PLT comme étant la stimulation répétée d’un neurone. Celui-ci va alors augmenter son stock de vésicules, de neurotransmetteurs et de récepteurs pour faciliter la transmission des informations entre les neurones. 

Ainsi plus nous répétons une habitude et plus les mêmes connexions se renforcent. C’est un véritable travail neuronal d’équipe qui se met en place pour créer nos automatismes. La PLT porte sur tous les aspects de notre être: notre rapport à notre corps, nos pensées, nos émotions, nos comportements, nos actions et réactions, …

  • Nos pensées

Les scientifiques nous expliquent que nous produisons 60 000 pensées par jour et 95 % d’entre elles sont identiques, soit 57 000 pensées qui tracent, chaque jour, le même sillon dans notre cerveau ! Et sur ces 95% de pensées identiques, seulement 20% sont positives ! Faites les calculs …. C’est dire notre force d’entretien de notre PLT !

  • Nos représentations mentales et nos émotions

Une situation en soi ne génère pas d’émotion. Elle est un fait. C’est notre représentation mentale de la situation qui va déclencher nos émotions. Nos représentations mentales relèvent de nos croyances et certitudes acquises au fil des années. Elles ne sont pas une science exacte. Nous sommes notre 1er adversaire ! Savez-vous que 100% de nos inquiétudes imaginaires ne se réalisent jamais ?

Nos inquiétudes, nos représentations mentales d’une situation, d’un évènement sont les fruits de nos expériences passées et des émotions ressenties à ces moments là. Notre cerveau, tel un ordinateur, a stocké et classé les informations émotionnelles et nous les ressert sur un plateau comme une sorte d’évidence automatique (notre PLT s’est mise en action !).

  • Nos postures corporelles

Moins on parle, plus on communique. Seuls 7% de notre communication passent par les paroles, le langage verbal. Tout le reste de notre communication est du registre non verbal: les postures, les comportements, la gestuelles, les mimiques, ….

Notre corps est un ensemble qui se perçoit par ses caractéristiques. Et celles-ci se construisent et évoluent, au fil des années, sous l’influence de toutes nos expériences de vie depuis notre naissance. Par nos postures corporelles, notre corps traduit extérieurement ce que nous sommes intérieurement: nos comportements, notre façon de bouger, de parler, de regarder, …etc , sont autant d’indices révélateurs de notre rapport à nous-même, aux autres, à notre environnement.

Nos postures corporelles sont l’expression de notre attitude mentale et de nos pensées du moment. Elles influencent directement notre respiration, nos comportements. Prendre la parole devant un public n’est pas qu’une affaire de qualité du discours. La puissance d’un message passe par une posture corporelle ancrée, centrée et congruente avec les idées émises. 

Le corps est aussi un formidable acteur du changement. Ainsi il suffit de modifier ou d’ajuster une posture corporelle pour immédiatement en ressentir un soulagement non seulement sur le plan physique mais aussi et tout autant sur un plan émotionnel. Corps et langage ne font qu’un.

CAR RIEN N’EST FIGÉ !

Les scientifiques nous ont largement expliqué à quel point notre cerveau reste adaptable jusqu’à un âge très avancé. 

Plus nous diversifions nos expériences, plus notre cerveau crée de nouvelles connexions. Cela peut aller jusqu’à plus 700 nouvelles connexions par jour ! 

En expérimentant de nouvelles façons de penser, d’agir ou de réagir, nous élargissons notre aptitude à créer, imaginer, concevoir de nouvelles idées. 

L’intelligence émotionnelle du lâcher-prise c’est embrasser pleinement les 3 émotions de base de la stabilité émotionnelle: confiance, plaisir, calme.

L’intelligence émotionnelle du lâcher-prise est la porte d’accès à tous nos talents et à toutes nos capacités d’adaptation, de créativité, d’innovation, de progression, de leadership, etc….quel que soit l’environnement. 

C’est réfléchir à cette question que je pose à chaque séminaire: qu’est-ce vous feriez si vous n’aviez pas peur ?

 

Philippe Leclair 

Nos prochaines formations

- 3 mai 2022: intelligence émotionnelle du lâcher-prise & créativité

- 5 et 6 juillet 2022: intelligence émotionnelle & efficacité personnelle et professionnelle 

NOUVEAU: Objectif un corps tonique pour l’été. Cours collectif Sport Metazen en visio les lundis de 18H30 à 19H15. Nombre de places limité.

 

 

 

lundi 4 avril 2022 , par Marie-Pascale Gardella  : : Mental

 Article précédent

OBJECTIF UN CORPS...